Contenu

COVID19 : Port du masque dans le Cantal

 

La circulation du virus Covid-19 dans le département du Cantal est en progression.

À la date du 30 septembre, le taux d’incidence était de 38,5 nouveaux cas de patients infectés par la Covid-19 pour 100 000 habitants contre 7 pour 100 000 au 1er septembre. Le taux de positivité à la Covid-19 se situait quant à lui à 3,5 % le 30 septembre, contre 0,8 % le 1er septembre dernier.

 

Dans ce contexte, le préfet du Cantal suit l’évolution de la situation épidémique au quotidien et entretient des contacts réguliers avec la délégation territoriale de l’Agence régionale de santé, le centre hospitalier d’Aurillac, l’ordre des médecins, la caisse primaire d’assurance maladie, les élus et les acteurs économiques du département.
Afin de contenir la circulation du virus, il est essentiel que chacun poursuive ses efforts dans l’application des gestes barrières, notamment l’utilisation du masque et la distanciation physique.
C’est dans cette logique que le préfet du Cantal a pris deux arrêtés les 1er et 2 octobre pour renouveler l’obligation de port du masque lors de certaines manifestations sur la voie publique et aux abords des établissements scolaires.

Cette obligation s’applique jusqu’au 31 octobre inclus à toute personne de onze ans et plus dans les lieux suivants :

- sur les marchés de plein air, les brocantes, les vide-greniers, les foires, les fêtes foraines, les comices et concours agricoles organisés dans le département
- aux abords immédiats des écoles, des collèges, des lycées et des établissements d’enseignement supérieur sur les communes d’Aurillac et d’Arpajon-sur-Cère du lundi au vendredi de 7h30 à 19h00 et le samedi de 7h30 à 13h00. Cette mesure, prise en concertation avec Pierre Mathonier, maire d’Aurillac, et Isabelle Lantuéjoul, maire d’Arpajon-sur-Cère, impose le port du masque dans un rayon de 30 mètres autour des entrées et sorties des lieux précitées.

Cette obligation ne s’applique pas aux personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical justifiant cette dérogation.

Au-delà du seul port du masque, la lutte contre la circulation du virus impose de respecter l’ensemble des gestes barrières :
• Se laver très régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ;
• Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ;
• Utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter ;
• Saluer sans se serrer la main, arrêter les embrassades et plus largement respecter une distance physique.

Dès les premiers symptômes (toux, fièvre, nez qui coule, perte du goût ou de l’odorat), il convient de s’isoler chez soi et d’appeler son médecin. Ce dernier, en cas de suspicion de contamination, orientera le patient vers un laboratoire pour effectuer un dépistage.

En cas de doute, les citoyens peuvent appeler le 0800 130 000 (n° vert 24h/24 7j/7).

Les services de l’État restent pleinement mobilisés pour lutter contre la propagation du virus.

Pour rappel, le non-respect des mesures « barrière » et notamment de l’obligation de port du masque, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 4ème classe, soit 135 € et, en cas de récidive dans les 15 jours, d’une amende prévue pour les contraventions de 5ème classe, soit 1 500 €. Les forces de l’ordre poursuivent les contrôles du respect des gestes barrières, notamment dans les espaces recevant du public.

Télécharger les arrêtés préfectoraux :
ap 2020 1320 obligation port du masque lors de certaines manifestations sur la voie publique 2 (format pdf - 183.2 ko - 02/10/2020)
ap no 2020 1335 du 1er octobre 2020 port masque ets scolaires 2 (format pdf - 191 ko - 02/10/2020)