Contenu

Historique de l’Escadron de Gendarmerie Mobile d’AURILLAC

 

Créé le 1er Août 1968, l’escadron 2/16 de gendarmerie mobile d’Aurillac ..

 

Créé le 1er Août 1968, l’escadron 2/16 de gendarmerie mobile d’Aurillac était initialement, implanté en milieu civil, plus précisément au sein de la cité de la Montade, qui abritait les locaux administratifs et techniques, ainsi que les logements destinés aux familles. Les garages quant à eux, étaient situés sur la route de ST SIMON à AURILLAC.

Le 8 décembre 1977, l’acquisition, par le ministère de la défense, d’un terrain bordant le boulevard de Canteloube permettra de développer un projet de regroupement de l’ensemble de ces locaux au sein d’une nouvelle caserne.

Dans l’attente de la réalisation de ce projet immobilier, les différents services de l’unité ont été regroupés à sa fermeture, dans les locaux du centre mobilisateur de Baradel, en fin d’année 1982, tandis que les familles demeuraient logées à la cité de la Montade.

Débutés le 22 mai 1986, les travaux de la nouvelle caserne s’achèveront courant janvier 1988. L’inauguration de cette nouvelle emprise a été effectuée par Monsieur ROCARD, alors premier ministre, en présence du général de division NIVELET, commandant la Région de Gendarmerie de Rhône-Alpes et de nombreuses autorités civiles et militaires. L’occupation des locaux actuels par l’unité débutera le 1er février 1988.

Photo : Gendarmerie

Au cours de cette inauguration, une cérémonie particulièrement émouvante était organisée en mémoire d’un sous-officier de l’escadron, disparu dans un attentat en Corse au cours du mois de mai 1986. Victime du devoir, le gendarme Patrick GIBOULOT a été promu à titre exceptionnel, au grade de Maréchal des Logis-Chef, et décoré à titre posthume, de la médaille de la gendarmerie nationale et de la médaille militaire.

Le 19 janvier 1989, sur proposition du capitaine ERRE commandant l’unité à cette époque, la Direction de la Gendarmerie validera par une décision, le nom de baptême de la caserne proposé par cet officier, à savoir la " Caserne MdL.Chef Patrick GIBOULOT ". La plaque commémorative de baptême figure à l’entrée de l’unité sur le mur bordant le poste de sécurité.

En1991, suite à la réorganisation des régions de gendarmerie, l’escadron 2/16 de gendarmerie mobile changera appellation pour devenir à compter du 1er septembre 1991, le 3ème escadron du 3ème groupement de Gendarmerie Mobile de CLERMONT-FERRAND, implanté au sein de la 5ème Légion de gendarmerie mobile, soit l’escadron 33/5.

Puis en 2011, suite à la réorganisation territoriale des groupements de gendarmerie mobile, l’unité changera une nouvelle fois d’appellation du fait de la dissolution du groupement III/5 de gendarmerie mobile de CLERMONT-FERRAND auquel il était rattaché, pour devenir l’escadron 18/5 désormais rattaché au Groupement I/5 de gendarmerie mobile basé à SATHONNAY-CAMP, lieu d’implantation de l’Etat-Major de la Région de Gendarmerie Rhône-Alpes.

Photo : Gendarmerie

Cette même année une stèle commémorative en mémoire du MdL.Chef GIBOULOT a été inaugurée au sein de la caserne, pour le 25ème anniversaire de sa disparition en présence du Lieutenant-Colonel MOULINS, commandant le Groupement III/5 de CLERMONT-FERRAND, de madame VILMUS, directrice de cabinet de monsieur le Préfet du Cantal, du capitaine CHARRIER commandant l’escadron et de nombreuses autorités civiles et militaires.