Contenu

L’impact du réchauffement climatique

 

Il est désormais certain que d’ici à la fin de ce siècle, les forêts subiront des impacts très sévères au fil de l’évolution du climat, sans qu’il soit possible d’effectuer des prédictions locales très précises. Il conviendra donc d’anticiper autant que possible et de s’adapter aux situations nouvelles au cas par cas. Les recherches scientifiques et techniques se développent dans deux axes : l’atténuation et l’adaptation des forêts.

L’évolution du climat

De nombreuses incertitudes voilent l’évolution des paramètres climatiques concernant les précipitations, et les vents. Par contre les résultats sur la température et la ressource en eau sont désormais établis avec fiabilité à l’horizon 2100.

Pour en savoir plus sur les scénarios climatiques, consultez les pages internet du service climatique « Drias, les futurs du climat. Elles s’adressent aux décideurs et aux concitoyens, aux professionnels des bureaux d’étude et aux experts. Un service d’assistance Hot line propose des réponses des spécialistes de METEO France et des laboratoires en complément au service climatique Drias. http://www.drias-climat.fr/accompagnement/section/37

Comment adapter la gestion forestière à l’évolution climatique ?

Dans la perspective de sécheresses récurrentes, le choix d’une sylviculture sobre en eau est conseillé dès aujourd’hui et vise à mettre en œuvre des éclaircies douces à fréquence régulière et rapprochée pour éviter les stress successifs et préserver les sols. Le gestionnaire forestier aura intérêt à diversifier et mélanger les essences, et , au moment du renouvellement de la forêt, à remplacer les essences les plus sensibles par de plus accommodantes.

Plus globalement, le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique comprend un volet forestier qui prévoit la recherche-développement, le collectage de données écologiques, de favoriser l’adaptation des forêts et de la filière économique, la préservation de la biodiversité forestière, et la gestion des conséquences d’événements climatiques extrêmes.

Une alternative au chêne pédonculé

Le chêne pédonculé a un taux estimé de dépérissement important dans les régions Pays de Loire et Poitou-Charentes. En Pays de Loire, le nombre de coupes d’urgence ou dérogatoires au plan simple de gestion pour cause de peuplement dépérissant a été multiplié par 2,5 en 2006 et par 4 en 2007 en conséquence de la canicule de 2003 et de la sécheresse de 2005. Le chêne pubescent est proposé comme alternative au chêne pédonculé avec des propriétés mécaniques supérieures, lorsqu’il occupe les secteurs où le chêne pédonculé dépérit.

Des outils au service des gestionnaires forestiers

Bioclimsol est un outil de diagnostic sylvoclimatique qui devient fondamental dans l’analyse du gestionnaire forestier. Ce logiciel s’appuie sur la répartition des essences dans leur aire naturelle pour en déduire des seuils climatiques. En les comparant aux conditions climatiques locales d’un boisement, le forestier peut comprendre la présence, la productivité et la vulnérabilité, voire la mortalité des essences.

Une nouvelle méthode de diagnostic de l’état des arbres : ARCHI, est disponible pour le chêne pédonculé, le chêne sessile, le chêne pubescent, le châtaignier, le Douglas et le sapin pectiné. D’autres essences viendront compléter la gamme.
Les forestiers utilisent cette méthode visuelle sur le terrain pour suivre l’état de santé des forêts au cours du temps (Département de la santé des forêts), mais aussi pour désigner les arbres d’avenir lors des éclaircies et pour décider des coupes rases après une crise sanitaire.

Pour savoir quelles orientations de gestion prendre dans votre forêt, consultez le Centre régional de la propriété forestière (CRPF) à Aurillac