Contenu

L’insertion par l’activité économique dans le Cantal

 

Le secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE) vise à aider les personnes les plus en difficulté à s’insérer ou se réinsérer sur le marché du travail.
Selon leurs besoins, les personnes peuvent être embauchées dans quatre types de structures : les associations intermédiaires (AI), les entreprises d’insertion (EI), les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI) et les ateliers et chantiers d’insertion (ACI).
Outil de lutte contre le chômage et l’exclusion, le secteur de l’IAE a bénéficié d’un renforcement du soutien de l’État.

Afin de lutter contre l’exclusion sociale et professionnelle, la loi relative à la lutte contre l’exclusion de 1998 et la loi de Cohésion Sociale de 2005, ont donné toute sa dimension au secteur de l’insertion par l’activité économique, pour l’insertion des personnes en difficulté. L’insertion par l’activité économique, issue d’initiatives d’acteurs de terrain,
est un maillon essentiel de la politique de lutte contre les exclusions.

L’objectif des structures de l’I.A.E. est d’offrir aux personnes en difficulté qu’elles salarient, un parcours professionnel et un accompagnement personnalisé qui leur permettent de sortir de la spirale d’exclusion et de s’insérer dans notre société, par l’accès à l’emploi.

Actuellement, il existe 25 structures dans le Cantal qui oeuvrent pour l’insertion par l’Activité Economique (I.A.E.).

  • Six Associations intermédiaires (A.I.) qui ont pour objet la mise à disposition auprès d’entreprises, d’associations, de particuliers ou de collectivités locales, à titre onéreux, mais à but non lucratif, de personnes sans emploi et connaissant des difficultés sociales et professionnelles.
  • Quatre Entreprises d’Insertion (E.I.) qui fonctionnent comme des « entreprises ordinaires », mais dont les salariés sont embauchés sur des postes bénéficiant d’une aide forfaitaire, pour compenser l’effort d’insertion consenti. Elles produisent, dans tous les secteurs économiques, des biens et services en vue de leur commercialisation. Comme toute entreprise, leur activité est exercée aux conditions du marché et leurs ressources proviennent essentiellement de leurs ventes. Elles embauchent des jeunes ou des adultes en grande difficulté sociale et professionnelle, qui bénéficient de l’agrément préalable du Pôle Emploi.
  • Deux Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion (E.T.T.I.) , qui mettent des publics, préalablement agréés par l’A.N.P.E., à disposition auprès de clients, dans le cadre réglementaire du travail temporaire.
  • Treize Ateliers et Chantiers d’Insertion (A.C.I.) , qui accueillent, embauchent et conduisent des mises au travail, par des actions collectives de personnes sans emploi rencontrant des difficultés.

Téléchargez la carte des structures de l’insertion par l’activité économique dans le Cantal (format pdf - 65.9 ko - 25/01/2012)

Structure d’insertion par l’activité économique dans le Cantal Sièges sociaux et antennes
AURILLAC

A.I. CHEBA
A.I. ACART
E.I. OXYPLUS
E.I. ICART BATIMENT
E.I. ADAJ
A.C.I. Acart Jardins en ville
A.C.I. Acart repassage
A.C.I. Créatelier
A.C.I. Bleuets Regain
A.C.I. Oxygène atelier

SAINT-FLOUR

A.I. LA CITE DES VENTS
A.C.I. renov’palette
A.C.I. autour de la fringue
E.T.T.I. Cantal Intérim (antenne)
E.T.T.I. Sud Massif Intérim (antenne)

MURAT

A.C.I. Communauté de communes Murat
A.C.I. Petites mains

MAURS

A.I. DISPO SERVICES
E.T.T.I. SUD MASSIF INTERIM
A.C.I. Ateliers « mosaïque »

MAURIAC

A.I. NORD OUEST CANTAL
A.C.I. Active
A.C.I. Ydealis

LAROQUEVIEILLE

E.I. Les jardins de Laroquevieille

RIOM-ES-MONTAGNES

A.I. ATEMR
A.C.I. Association Réagir