Contenu

La stratégie nationale pour les aires protégées

 

La stratégie nationale pour les aires protégées (SAP) a été adoptée en janvier 2021 par le gouvernement pour la période 2020-2030. Elle repose sur le constat alarmant d’une érosion globale de la biodiversité et sur la nécessité de mettre en place un réseau suffisant d’espaces protégés pour assurer l’équilibre des écosystèmes, la survie des espèces et la préservation des ressources.

 

L’objectif est d’atteindre un niveau de protection de 30% du territoire national, dont 1/3 bénéficiant de protection forte.

Cette stratégie nationale est déclinée au niveau régional et fera l’objet de plans d’actions triennaux. Pour cette déclinaison chaque DDT a été chargée d’identifier les enjeux de protection des espaces naturels à 10 ans sur leur département pour être intégré au premier plan d’action régional qui se déroulera sur la période 2022-2024.

Ces enjeux de protection ainsi que le plan d’actions 2022-2024 au niveau du Cantal, élaborés sur la base des contributions techniques des acteurs du territoire, ont été validés lors du comité départemental pour les aires protégées du 26 novembre 2021 présidé par M. Le Préfet.

- > Plus d’infos au lien suivant, dont la v1 du plan d’action régional intégrant les actions prévues dans le Cantal : http://www-maj.dreal.auvergne-rhone-alpes.e2.rie.gouv.fr/strategie-pour-les-aires-protegees-2030-r4936.html

i : Aire protégée (comprend l’ensemble des aires protégées dont celles sous protection forte) : « un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés »

i : Aire protégée sous protection forte : « un espace naturel dans lequel les pressions engendrées par les activités humaines susceptibles de compromettre la conservation des enjeux écologiques de cet espace sont supprimées ou significativement limitées, de manière pérenne, grâce à la mise en œuvre d’une protection foncière ou d’une réglementation adaptée, associée à un contrôle effectif des activités concernées »