Contenu

La vidéoprotection à SAINT-FLOUR

 

Sept caméras de vidéoprotection vont prochainement compléter les trois déjà existantes

 


Un atout supplémentaire pour la tranquillité publique



Sept caméras de vidéoprotection vont prochainement compléter les trois déjà existantes sur la commune de SAINT-FLOUR.

Par ce dispositif, les autorités entendent d’une part lutter plus efficacement contre la délinquance de voie publique, préjudiciable à la population et aux commerçants, mais aussi sécuriser les espaces et bâtiments publics susceptibles d’être exposés à des actes d’incivilité.
Il s’agit de la première commune du cantal située en zone de compétence gendarmerie à s’équiper d’un système de vidéoprotection aussi complet. L’implantation des caméras répond à une logique de sécurité publique sans pour autant se montrer intrusive pour le passant.

UN INVESTISSEMENT EN PARTIE FINANCÉ PAR L’ÉTAT


Le nouveau matériel, qui sera actif au cours du premier semestre 2012, a été en partie subventionné par l’état.
Reliées directement à un bâtiment communal, l’accès aux images et enregistrements sera ouvert dans la limite de 10 jours aux forces de l’ordre locales. A ce titre, la consultation obéit à des dispositions très encadrées, adossées à des textes législatifs et réglementaires récents et parfaitement traçables.

DES EMPLACEMENTS STRATÉGIQUES


Le choix des emplacements répond à des objectifs de sûreté identifiés par la gendarmerie. Ainsi, les caméras seront implantées aux abords d’espaces plus exposés aux atteintes aux personnes et aux biens tout en garantissant le respect des libertés individuelles.
Des panonceaux comportant un pictogramme illustré d’ une caméra seront implantés de façon à être visibles des usagers.

UNE EFFICACITÉ ÉPROUVÉE


Les systèmes de vidéoprotection ont démontré leur efficacité à l’échelle nationale. Les statistiques indiquent que la vidéoprotection de voie urbaine réduit le nombre des actes de délinquance et présente un caractère préventif significatif. Le taux de résolution des crimes et délits commis sur la voie publique est très nettement en hausse dans les villes vidéoprotégées. Les identifications des auteurs d’atteintes aux biens et de violences aux personnes sont ainsi facilitées.

Photo : Journal La Montagne