Contenu

Les actions de l’Etat dans le Cantal

 

Le poids de l’État dans le Cantal : rapportées au PIB du Cantal, les dépenses de l’État et de ses opérateurs représentent 24 % de la richesse départementale

 

Le poids de l’État dans le Cantal : rapportées au PIB du Cantal, les dépenses de l’État et de ses opérateurs représentent 24 % de la richesse départementale, la moyenne nationale étant de 19 %.

L’engagement sur le territoire concerne l’emploi (première priorité), l’économie et les entreprises, l’agriculture, les infrastructures et la solidarité territoriale envers les communes.

Engagement de l’État pour l’emploi :

  • 955 millions d’euros en Auvergne pour le travail, l’emploi et la formation professionnelle ;
  • en 2011 : 1103 contrats uniques d’insertion signés dans le secteur non marchand et 140 dans le secteur marchand, 640 contrats d’apprentissage, 140 contrats de professionnalisation ;
  • en 2012 : l’enveloppe de contrats aidés disponibles pour le 1er semestre sera supérieure à celle de 2011 : 552 contrats d’accès à l’emploi. Le budget que l’État a consacré au travail, à l’emploi et à la formation professionnelle dans le Cantal a été de 109 M€ en 2010, en hausse de + 27 % par rapport à 2009.

Engagement pour l’économie, les entreprises :

  • aide à l’investissement : 12,3 M€ en 2011 ;
  • effet de la suppression de la TP dans le Cantal : 25 M€ ;
  • 15 dossiers examinés par la commission des chefs de services financiers ;
  • plan de mobilisation des entreprises activé ;
  • examen au cas par cas des difficultés conjoncturelles ;
  • FSI régionalisé ;
  • réduction du délai de paiement aux entreprises ;
  • réunion le 18 janvier de la commission de financement de l’économie.

Engagement de l’État pour notre agriculture :

  • le recensement agricole a montré la vitalité de l’agriculture cantalienne (85 installations en 2011), la professionnalisation, l’export ;
  • la négociation pour la nouvelle PAC pour laquelle le gouvernement a obtenu le principe de reconduction du budget ;
  • hausse de 11 % des aides PAC dans le Cantal (163 M€ en 2010), soit en moyenne + 3.200 euros par exploitation ;
  • rats taupiers : 1 M€ pour 847 exploitations ;
  • sécheresse : ouverture aux agriculteurs de 217 communes soit au total 15,6 M€ d’indemnisations pour 3.000 agriculteurs.

Engagement pour les infrastructures :

  • programme de rénovation du réseau ferroviaire de près d’1/2 milliard d’euros en Auvergne aux côtés de RFF et de la Région ;
  • RN 122 : projet de déviation de Sansac de Marmiesse et contournement d’Aurillac ;
  • études détaillées, relevés topographiques effectués ;
  • réunion du comité de pilotage le 5 décembre 2011 ;
  • transmission du dossier en mars 2012, avec les études de projet, au ministère de l’écologie en vue de la saisine de l’autorité environnementale (3 mois de délai d’examen) ;
  • relance des études sur les projets de déviation de Polminhac et de Maurs ;
  • effort financier de l’État sur la ligne aérienne Paris/Aurillac.

Maintien de l’effort de solidarité territoriale envers les communes :

L’arrêt de l’ingénierie concurrentielle fin 2011 n’est pas imputable à la RGPP mais à l’application des règles de concurrence.

L’État a apporté son soutien au travers de l’Assistance technique pour des raisons de solidarité et d’aménagement du territoire (ATESAT) : dans le Cantal, 257 communes et 11 EPCI.
Mission assurée par la DDT : 3 implantations (Aurillac, Mauriac, St Flour), aide et conseil en aménagement, habitat, Grenelle de l’environnement, 18 fonctionnaires.