Contenu

Les plantes invasives des cours d’eau

 
Impatience de l’Himalaya

L’impatience de l’Himalaya est une grande plante dressée (supérieure à 150 cm) qui porte des grappes de grandes fleurs roses à rouges. Elle fleurit de juillet à octobre sur les bords des cours d’eau où elle s’est naturalisée. Elle aime les lisières des arbres ou les zones ombragées ainsi que les sols bien alimentés en eau. Elle se répand notamment sur les berges de l’Alagnon et de la Cère grâce à sa facilité de germination. Elle a en effet développé un mécanisme de dissémination des graines très efficace : les fruits mûrs éclatent au moindre contact et projettent leurs graines à 2 mètres de distance, à la façon du Genêt. Pour en savoir plus, consultez la fiche descriptive de l’Impatience de l’Himalaya (format pdf - 698 ko - 22/07/2014) .

L’impatience ( ou balsamine) de l’Himalaya fait l’objet d’un suivi dans le cadre du contrat de rivière du bassin de l’Alagnon : voir les Sites d’implantation de la Balsamine de l’Himalaya (format pdf - 224.3 ko - 21/02/2008) .

Renouée - berge de la Jordanne
Renouée - berge de la Jordanne
DDT15

La renouée du Japon forme de grandes touffes très feuillues jusqu’à 3 mètres de haut. Elle arbore des feuilles en forme de cœur et des épis de petites fleurs blanc-verdâtre très mellifères qui attirent les abeilles au moment de la floraison en août-septembre. Elle se propage par bouturage naturel des tronçons de tiges qui sont emportés au fil de l’eau, ou déplacés par les engins de terrassement. Elle colonise les bords des rivières mais aussi des routes où des remblais ont été réalisés par importation de terres contaminées. Elle a envahi en particulierLa Jordanne.
Pour en savoir plus, consultez la fiche descriptive de La renouée du Japon (format pdf - 1.4 Mo - 22/07/2014) .

La renouée du Japon est également surveillée dans le bassin de l’Alagnon : voir Les sites d’implantation de la renouée du Japon (format pdf - 228.2 ko - 21/02/2008) .

Elodée du Canada
Elodée du Canada
Syndicat Mixte du BV du Lac de Jugon

L’Elodée du Canada (Peste d’eau, Mouron d’eau) est originaire d’Amérique du Nord et s’est naturalisée en France dès 1867. Cette plante est immergée sans racines qui peut se fixer à l’aide de crampons ( rhizoïdes) ou être flottante. Elle a des feuilles allongées, finement dentelées et disposées par étages de trois feuilles, des tiges grêles et ramifiées. Elle pousse près de la surface de l’eau pour capter un maximum de lumière. Elle prospère dans les eaux fraiches et lentes, bien éclairées et mésotrophes mais peut s’adapter à des conditions écologiques diverses.
Pour en savoir plus, consultez sa fiche descriptive
Pour la reconnaitre, utilisez la fiche illustrée élaborée par le Parc Naturel du Haut Jura.

L’Elodée du Canada a établi des herbiers notamment dans le Marais de Cassanqui gênent l’écoulement des eaux et entrainent un colmatage des sédiments important.