Contenu

Mesures de confinement : contrôles renforcés

 

La pandémie qui nous frappe reste très active. Les 2962 patients atteints de COVID19 hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 720 en réanimation/soins intensifs, et un cumul de 685 décès hospitaliers dans la région nous le rappelle.

Le relâchement n’est pas permis. Dans le Cantal nous sommes relativement épargnés. Cette situation nous permet d’ailleurs d’être solidaire avec d’autres département plus touchés.

Et c’est bien pour préserver cette situation que nous devons tenir et faire preuve de rigueur dans l’application des mesures de confinement et des gestes barrières.

 

Le préfet rappelle que la règle est toujours de rester chez soi.
Le préfet félicite et remercie tous ceux qui font preuve de civisme et de rigueur dans le respect des restrictions de déplacements et dans l’application des gestes barrières.

Isabelle Sima, préfet du Cantal, ajoute qu’elle fera preuve de la plus grande fermeté dans la répression du non-respect des mesures et dès à présent les contrôles de police et gendarmerie sont renforcés. Pour rappel toute présence piétonne, cycliste ou motorisée est interdite dans les lieux suivants jusqu’au 15 avril 2020 (à l’exception des professionnels dont l’activité nécessite l’accès à ces lieux) :
- plans d’eau, y compris les berges, promenades et plages autour de ceux-ci,
- les berges des cours d’eau,
- les chemins de randonnée,
- les forêts,
- les parcs et jardins ouverts au public,
- les aires de jeux,
- les terrains de sport urbains.

De même les locations, à titre touristique, des chambres d’hôtels, ainsi que des meublés de tourisme ou de tout autre logement destiné à la location saisonnière situé sur le territoire du Cantal, jusqu’au 15 avril inclus.

Par ailleurs, conformément à la liste des établissements commerciaux autorisés à recevoir du public
établie par les arrêtés des 14 et 15 mars 2020, les locations saisonnières, gîtes, campings et chambres
d’hôtes doivent rester fermés lorsqu’ils ne constituent pas un logement habituel.

Les forces de police et de gendarmerie veilleront tout particulièrement au strict respect de ces interdictions et mesures. Des contrôles seront effectués de manière renforcée ce week-end.

Tout contrevenant s’expose à une peine d’amende de 135 euros, qui peut être majorée à 375 euros. En cas de récidive l’amende est de 200 euros et peut être majorée à 450 euros, et devient un délit puni de 6 mois d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende en cas de récidive de plus de 3 fois dans un délai de 30 jours.

Télécharger le communiqué de presse (format pdf - 359.8 ko - 10/04/2020)