Contenu

Point de situation concernant la gestion de la fièvre catarrhale ovine

 

Le préfet du Cantal a réuni, ce jeudi 24 septembre, les acteurs concernés dans le département pour évoquer les modalités de gestion de la vaccination des animaux contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) qui va débuter.

Comme l’a annoncé le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, 1,3 million de doses de vaccins sont disponibles à ce jour. De nouvelles doses de vaccins seront disponibles à compter du 15 octobre.

La stratégie vaccinale mise en place vise à vacciner en priorité les animaux bovins, ovins et caprins destinés aux échanges européens et à l’export vers les pays tiers, que ce soit à des fins d’engraissement ou de reproduction.

Les doses de vaccin vont être réparties entre les cabinets vétérinaires du département, qui vaccineront les animaux selon la stratégie vaccinale précédemment évoquée. Les éleveurs concernés seront invités à se rapprocher de leur cabinet vétérinaire pour programmer le jour de vaccination et à assurer une bonne contention des animaux afin de permettre une intervention rapide dans les exploitations pour que les animaux éligibles soient le plus rapidement possible vaccinés.

Après la première injection, une seconde injection doit être pratiquée dans un délai minimum de trois semaines.

S’agissant des mouvements des animaux sur le territoire, un nouveau zonage délimitant les zones de protection et de surveillance entrera en vigueur demain.

Les difficultés économiques que pourrait engendrer pour les éleveurs la gestion de cette maladie ont vocation à être examinées par la cellule d’urgence départementale instituée dans le cadre du plan de soutien à l’élevage français.

Il est rappelé que la FCO ne se transmet pas à l’homme, et n’affecte pas la qualité sanitaire de la viande et du lait, qui restent consommables.