La sous-préfecture de Saint-Flour

Contenu

Présentation de la sous-préfecture

 
Sous-préfecture de Saint-Flour :

I - Le sous-préfet et son équipe

Le sous-préfet, Serge DELRIEU, en qualité de délégué du préfet, a pour mission l’administration de proximité des politiques publiques conduites par l’État et de catalyseur dans le domaine du développement local. Véritable « ensemblier », il anime et coordonne en transversalité dans l’arrondissement l’ensemble des politiques publiques. Il lui incombe d’accompagner les projets dans les territoires ruraux en développant sa compétence de conseil et de soutien.

Serge DELRIEU, sous-préfet, dispose d’une équipe (format pdf - 191.2 ko - 17/04/2014) dont un collaborateur direct :
Francis PRUNELLE , Secrétaire Général de la Sous-Préfecture.

II – L’arrondissement de St-Flour

1 – Un arrondissement rural et de montagne à faible densité : 16 habitants au km2
* 109 communes
L’arrondissement de St Flour compte 38 728 habitants (40 007 en 1999), il a perdu 1 279 habitants en 10 ans.
109 communes dont 15 seulement ont une population supérieure à 500 habitants
- 1 seule de plus de 5 000 habitants : St Flour,
- 1 entre 2 000 à 5 000 habitants : Murat
- 13 communes de 500 à 2000 habitants : Massiac, Neuvéglise, Saint Georges, Condat Neussargues-Moissac, Pierrefort, Allanche, Ruynes en Margeride, Roffiac, Laveissière, Talizat, Valuéjols,, Marcenat.
L’environnement naturel est remarquable : l’arrondissement compte 11 sites Natura 2000.

2 – Caractéristiques démographiques (source INSEE 2007)

- 30% de la population de l’arrondissement a plus de 60 ans, soit 11 883 personnes sur 39 023 habitants.
- 2,2% sont cadres ou exercent une profession intellectuelle supérieure, avec des écarts significatifs ; 0,9 dans le canton d’Allanche à 3% à St Flour Sud
- 8,8% sont agriculteurs ; 5% à Murat (Canton de Montagne) à 14,6% à Allanche
- 23,3% sont employés ou ouvriers de 17,5% à Chaudes-Aigues à 29% à St Flour Nord.
- La population étrangère représente 0,63% de l’ensemble de la population de l’arrondissement.

3 – Un arrondissement où l’activité agricole domine

L’économie de l’arrondissement de Saint-Flour est fortement marquée par l’agriculture et l’industrie agroalimentaire : viande et production laitière. On recense environ 2 600 exploitations et 4 800 emplois dans ce secteur. Les terres agricoles occupent trois-quarts du territoire, la superficie agricole varie peu avec le temps malgré la disparition de quelques exploitations1 . Les agriculteurs exploitants représentent 8,8% de la population, de 5% à Murat (Canton de Montagne) à 14,6% à Allanche2.

III- La sous-préfecture conseille les élus et vous accueille pour vos démarches.

Conseils aux élus : De nombreux conseils sont dispensés aux élus en matière de marchés publics, de pouvoirs de police, de fonctionnement des assemblées municipales et intercommunales, de fonction publique territoriale.
Accueil du grand public
- Délivrance de titres : Carte nationale d’Identité, attestations de délivrance de permis de chasser. carnets et livrets de circulation des gens du voyage
- Autorisation et déclaration des manifestations sportives
- Autorisation des manifestations sportives sur la voie publique,
- Greffe des associations,
- Sécurité des établissements recevant du public et des terrains de camping.

4 - Les dossiers départementaux et régionaux

- Les biens de sections

Depuis le 1er septembre 2010 la sous-préfecture de Saint-Flour gère le contrôle des biens de sections pour l’ensemble du département.
Spécificités de quelques départements de montagne, hérités de l’ancien régime, les biens de section sont définis par l’article L. 2411-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT) comme « tout ou partie d’une commune possédant à titre permanent et exclusif des biens ou des droits distincts de ceux de la commune ».
Les biens appartiennent collectivement à un groupe d’habitants d’une partie de la commune, d’un ou plusieurs villages ou hameaux. Ils peuvent être constitués de forêts, de terres agricoles, de fours, de lavoirs, de moulins, de sources..
La gestion courante de la section est assurée par le maire et son conseil municipal ou par une commission syndicale qui peut être mise en place à partir d’un seuil de revenu et d’électeurs.

- PNR Aubrac