Contenu

Protection animale contre le Virus Schmallenberg (SBV)

 

 

Contexte

Dans le cadre d’investigations relatives à des diarrhées fébriles chez des ruminants, le laboratoire de référence allemand Friedrich-Loeffler-Institut (FLI) a identifié en novembre 2011 un nouvel orthobunyavirus, nommé virus de Schmallenberg (SBV) en référence à une ville proche des foyers, située à 80 km au Sud-Est de Dortmund.
Ce virus affecte les ruminants et se transmet par des insectes. L’infection aiguë semble se manifester chez les bovins adultes par une hyperthermie, une perte d’appétit, une chute de production chez les vaches laitières, de la diarrhée, des avortements. L’infection des femelles gestantes peut se traduire par la naissance d’animaux malformés (arthrogrypose, raccourcissement des tendons du jarret, déformation de la mâchoire, hydranencéphalie, …).
Cette affection n’est actuellement visée par aucune réglementation nationale, communautaire ou internationale.

Mesures prises par le ministère chargé de l’agriculture (MAAPRAT, DGAL)

Une surveillance a été mise en place par la Direction Générale de l’Alimentation (note de service DGAL), dont les modalités ont été définies sur proposition de la Plateforme de surveillance épidémiologique en santé animale. Il s’agit d’une surveillance clinique des malformations chez les ruminants visant à déceler la circulation du virus Schmallenberg sur le territoire métropolitain.
Les vétérinaires sanitaires et le Groupement de défense sanitaire (GDS) sont associés à cette surveillance et interviennent notamment dans les exploitations où un cas a été confirmé afin d’y mener des enquêtes épidémiologiques plus poussées.

Les suspicions cliniques doivent être déclarées au vétérinaire sanitaire de l’exploitation. Les prélèvements à privilégier pour la recherche du SBV sont les organes des nouveaux-nés et particulièrement le cerveau.
Il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin contre le SBV.

En l’absence de risque pour la santé publique et de réglementation spécifique à cette nouvelle affection et compte tenu du faible risque de transmission de cette maladie vectorielle en hiver, aucune restriction particulière n’est mise en œuvre dans les exploitations suspectes.

Situation épidémiologique

Un état de la situation épidémiologique sur le territoire français, actualisé chaque semaine, est consultable sur le site internet du MAAPRAT

Exportations :

Les mesures d’embargo prises par les pays tiers, ainsi que les actions mises en oeuvre par la DGAL pour y répondre figurent sur : Exp@don dans un fichier nommé Schmallenberg.

Par ailleurs, les statuts des couples pays/produits concernés sont également régulièrement mis à jour. Des informations peuvent figurer, pour ces produits , dans le point "i" correspondant.

Nous contacter : ddcspp-spa@cantal.gouv.fr

 
 

Documents associés :