Contenu

Signature du plan départemental pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale

 

Lundi 14 décembre 2015, le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale pour le département du Cantal a été signé en préfecture.

Quelques rappels sur le plan national

Adopté à la suite du comité interministériel de lutte contre l’exclusion le 21 janvier 2013, le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale est issu d’une vaste concertation et d’un diagnostic partagé sur les causes de la pauvreté et les moyens de venir en aide aux plus fragiles.

Cinq grands principes ont présidé à son adoption : objectivité, non stigmatisation, participation, juste droit et décloisonnement.

Mis en œuvre grâce à l’engagement de l’État, des collectivités territoriales, du secteur associatif dans son ensemble et des personnes en situation de précarité elles-mêmes, il est articulé autour de trois axes qui fondent l’intention de ce plan :
- la prévention des ruptures,
- l’accompagnement des personnes en difficulté,
- l’action partenariale au plus près des territoires et des personnes.

Le plan national comprend 7 feuilles de route ministérielles (Accès aux droits et aux biens essentiels - Emploi, travail et formation professionnelle - Logement, hébergement - Santé-accès aux soins – Famille, enfance, réussite éducative - Inclusion bancaire et lutte contre le surendettement - Gouvernance des politiques de solidarité)

Concrètement dès 2013, la mise en œuvre s’est traduit par de nombreuses mesures. Par exemple :
- pour favoriser l’accès aux droits et aux biens essentiels : le RSA socle a été revalorisé, des rendez- vous des droits ont été mis en œuvre dans les caisses d’allocations familiales, 500 millions d’euros de fonds européen complétés par des financements d’Etat ont été mobilisés pour les livraisons de denrées alimentaires aux associations sur la période 2014-2020.
- pour favoriser l’insertion par l’emploi, la garantie jeunes a bénéficié à plus de 50 000 jeunes, la prime d’activité sera mise en œuvre dès janvier 2016.
- pour sortir de la gestion d’urgence dans le domaine de l’hébergement et mettre en place des solutions pérennes d’hébergement, un plan visant à réduire les nuitées hôtelières et à développer les solutions alternatives a été mis en œuvre, 220 000 logements sociaux ont été produits dont 34 000 très sociaux.
- pour favoriser l’accès aux soins des publics les plus fragiles, 600 000 personnes supplémentaires ont été couvertes par la CMU-C grâce à une augmentation du plafond de ressources, 10 Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS) ont vu le jour.

La déclinaison locale du plan

En Auvergne, sept enjeux ont été identifiés : le soutien à l’emploi notamment des jeunes et personnes peu qualifiées, l’accès aux soins des personnes en difficultés sociales, la fluidité de l’hébergement au logement, le développement d’une offre accessible de logement et la rénovation de logements existants, l’optimisation de la distribution de l’aide alimentaire, la participation des usagers dans l’élaboration, la mise en place et l’évaluation des politiques locales, l’éducation.

Dans le Cantal, l’État et le Conseil départemental ont décidé dès septembre 2013 de co-piloter la mise en œuvre du plan et d’associer de nombreux partenaires : les institutions, les élus des collectivités, le monde associatif, le Conseil Consultatif Régional des Personnes Accueillies (CCRPA) *.

Le premier ministre a rappelé en juillet 2015 la nécessité d’une territorialisation du plan et d’une gouvernance partenariale
La lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale nécessite en effet que chaque acteur, à son niveau, porte dans les actions qu’il conduit la préoccupation de lutter contre la pauvreté mais aussi, la volonté d’œuvrer au nécessaire travail de coordination pour mieux faire ensemble.

Le plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale appelle au développement d’une approche globale et coordonnée de la personne, ce qui impose aux acteurs de réinterroger leurs propres pratiques. Pour illustration, l’exemple du phénomène du non-recours aux droits sociaux, devenu un enjeu de société important peut être développé. En effet, le renoncement des personnes à l’aide théoriquement organisée pour elles est un frein puissant à l’efficacité des politiques de solidarité. Il est nécessaire d’interroger les dispositifs de solidarité et d’établir les raisons pour lesquelles les personnes modestes, qu’ils sont supposés aider, s’en détournent.

L’objectif du plan est de mettre en place un accompagnement personnalisé, rapproché et global, traduisant une bonne coordination entre acteurs, qui doit se substituer à un accompagnement par dispositifs juxtaposés.

Afin de ne pas se disperser, la déclinaison cantalienne du plan est centrée sur cinq thématiques :
1 – La lutte contre le surendettement
2 – Le logement
3 – L’insertion et l’accès à l’emploi
4 – Le « Vivre ensemble »
5 – L’accès aux droits à la santé

Cette déclinaison prend en compte l’ensemble des documents cadre en vigueur dans le département.

 

Pour plus d’informations, consultez :
- le dossier de presse départemental (format pdf - 316.7 ko - 14/12/2015) ,
- la synthèse nationale de l’avancement du plan (format pdf - 1.7 Mo - 14/12/2015) ,
- les photos de la cérémonie de signature sur le Facebook "préfet du Cantal"

* Liste des signataires du plan :
- Préfecture du Cantal,
- Conseil départemental du Cantal,
- Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac,
- Ville d’Aurillac,
- Association des Maires de France,
- Direction académique des services de l’Education nationale,
- Agence Régionale de Santé Auvergne,
- Pôle Emploi Cantal,
- Caisse d’Allocations Familiales du Cantal,
- Caisse Primaire d’Assurances Maladies du Cantal,
- Mutualité Sociale Agricole du Cantal,
- Union Départementale des Associations Familiales du Cantal,
- Mission Locale des Hautes Terres,
- Mission Locale d’Aurillac,
- Logisens,
- Polygone,
- Comité Départemental Olympique et Sportif du Cantal,
- Comité Départemental de Sport Adapté du Cantal,
- Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs de Murat,
- Session Libre,
- Association pour la Formation et l’Accompagnement des Personnes en Contrats Aidés,
- Revivre dans le Monde,
- Accent Jeunes,
- Maison Familiale et Rurale,
- Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles,
- Centre de Ressource contre l’Illettrisme.