Contenu

25 novembre 2022 - journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes

 

FACE AUX VIOLENCES, #NERIENLAISSERPASSER

Le 25 novembre 2022 est un temps fort de sensibilisation de tous les citoyens, car les violences envers les femmes ne connaissent pas de frontières géographiques, de limite d’âge, et de milieu social. C’est l’occasion de dire et d’encourager à dire stop à ces violences. Dans le Cantal le niveau des violences faites aux femmes demeure à un niveau préoccupant et appelle une réponse coordonnée.

Les tensions nées de la crise sanitaire, la libération de la parole des femmes, la multiplication et l’accessibilité des dispositifs de signalement, ainsi que l’information systématique du parquet des faits qui sont rapportés à la gendarmerie ou à la police même en l’absence de plainte, expliquent en partie cette tendance.

En France, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon tous les 2 jours et demi. Selon l’étude de la Délégation aux victimes sur les morts violentes au sein du couple, 143 victimes ont été tuées par leur partenaire en France en 2021 contre 125 en 2020, soit 13 victimes de plus. Les victimes sont très majoritairement des femmes, elles étaient 122 en 2021 et 102 en 2020.

Violences au sein du couple, violences sexuelles, harcèlement, outrages sexistes, les violences faites aux femmes peuvent prendre différentes formes. Afin de lutter contre ce phénomène et ne rien laisser passer, il est nécessaire de rester mobiliser collectivement pour détecter ces violences, informer le grand public, protéger les victimes et poursuivre les auteurs.

C’est dans cet esprit que Laurent Buchaillat, préfet du Cantal, aux côtés du procureur de la République, des forces de sécurité, et des associations, a tenu une conférence de presse au centre hospitalier Henri Mondor à Aurillac, afin de dresser un état des lieux et de rappeler l’importance et la qualité du travail partenarial dans ce domaine.